Sempiero Corso à Bastelica

La guerre de corse


En 1553 le royaume de France convoite la Corse, ou le peuple ne supporte plus l'emprise génoise. Une révolution se prépare et est sur le point d'éclater avec à sa tête Sampiero Corso allié aux Français et aux Turques.
Après quelques semaines, devant une infériorité numérique; les Génois rendent Bastia, Corte, Ajaccio qui ouvrira ses portes à Sampiero, la Corse est peu à peu reconquise. Les chefs Français devant ce bilan flatteur, ne pouvaient que se réjouir, car à l'exception de Calvi et Bonifacio, les Génois n'avaient opposé qu'une faible résistance. De très nombreux Corses vinrent s'enrôler et se rallier à Sampiero Corso.

1553-1569 la guerre de corse

GSempioro corsoênes sous le commandement du vieil amiral Andréa Doria et avec l'aide de l'Espagne et de la Toscane, prépare une contre-attaque. A la tête de la plus puissante armée que Gênes n'est jamais mise en ligne la Corse, ville après ville, capitule. La guerre de Corse se transforme peu à peu en guerre d'usure et s'enlise. La Corse n'intéresse plus la cour de France que comme monnaie d'échange dans les négociations avec l'Espagne. Des négociations tenues à Vaucelle le 5 février 1556, naîtra une trêve de 5 ans. Bien qu'Henri II ait proposé à Gênes de lui restituer la Corse, l'île continuera d'être occupée et administrée par la France jusqu'en 1559.


Sampiero Corso revient en Corse et redonne confiance à ses compatriotes qui l'avaient cru mort. Conformément aux accords de Vaucelle, les Génois reprirent possession de certaines places fortes, Français et Corses occupent tous le reste de l'île.
Pendant ce temps Giordano Orsini, alors général des troupes Françaises et Corses, s'enrichit en s'attirant la confiance du peuple Corse, en promettant l'implication de la couronne Française dans la cause insulaire. Les troupes Corses et Françaises ne sont pas payées car Orsini empoche les soldes. Sampiero en opposition avec Giordano Orsini, craignant même pour sa vie, repart pour la France.


L'enthousiasme des Corses diminue alors et Sampiero corso lui-même est discuté. Une fois de plus, le destin de la Corse sera décidé ailleurs, de même qu'on ne lui avait pas demandé son avis pour l'envahir en Août 1553, on ne la consultera pas pour l'abandonner en Avril 1559.
On en vint donc à la signature d'un traité critiqué de part et d'autre, le traité de Cateau-Cambrésis, signé le 3 Avril 1559 et par lequel la Corse est rendue à Gênes. En 1755, Pasquale Paoli Pascal Paoli organise la révolte contre la domination Génoise. En 1768 Gênes cède ses droits à la France. Un an plus tard, Pascal Paoli, vaincu, doit quitter l'île de Beauté. En 1789, la Corse est proclamée partie intégrante de la France. En 1793, Pascal Paoli poursuit la résistance, appuyé par l'Angleterre, mais il est vaincu par Bonaparte.

A lire

Biographie sur Sampiero Corso, de Michel Vergé-Franceschi et Antoine-Marie Graziani

Sampiero de Bastelica 

Corso ou Sampieru Corsu  est, avec Paoli et Napoléon, le plus célèbre des Corses. Beaucoup de choses ont été écrites sur lui. Sérieuses ou inventées. Aucune publication cependant n'est allée aussi loin dans la quête et l'exploitation scientifique des documents d'archives. Pour la première fois, une biographie replace Sampiero dans sa famille d'origine jusqu'alors inconnue.

Pour la première fois, ce livre répond à des questions jusqu'alors pendantes : en 1536, François Jet voulait-il user de Sampiero pour assassiner Charles Quint ? En 1564, Catherine de Médicis a-t-elle ordonné le meurtre de Vannina d'Ornano par son vieil époux Sampiero ? Mercenaire au service des Médicis, de l'Empereur puis des Valois, capitaine, colonel, colonel-général, Sampiero fut avant tout un soldat.

Acheter cet Ouvrage